http://cirem16-18.ca/

Recherche

bandeau-cirem

logo-mobile

27 septembre 2017, Université Laval

« Moi, environnement et éducation au XVIIIe siècle »

Une conférence de Jean-Luc Guichet, Université de Picardie Jules Verne (ESPE de Beauvais, France)

Le XVIIIe siècle est un moment décisif voire matriciel dans la construction du moi moderne. Porté par les nouvelles perspectives matérialistes et surtout empiristes, le moi ne se définit plus en effet à partir d’un noyau substantiel comme au siècle passé mais se conçoit désormais comme un devenir ou plus précisément une formation. L’environnement - entendu comme l’ensemble, artificiel ou naturel, de ce qui entoure l’individu – joue inévitablement un rôle majeur dans cette construction. Tout dès lors acquiert une potentialité éducative puisque participant à cette construction. L’éducation proprement dite en apparaît transformée. Elle ne peut plus se réduire à l’action volontaire et essentiellement verbale d’adultes à l’égard d’enfants mais est tenue d’intégrer l’ensemble du rapport au réel. Peu d’auteurs des Lumières franchissent pourtant le pas entre les prémisses empiristes qui commandent toute leur pensée et les applications éducatives qui en découlent quasi naturellement. C’est l’ « éducation par les choses » que Rousseau développe dans l’Émile qui tirera toutes les conséquences de cette révolution moderne du moi, cela non pour annoncer une dépendance constitutive et irréversible de l’individualité mais tout au contraire pour poser les conditions d’une véritable autonomie.

La conférence aura lieu dans le Pavillon Casault de l’Université Laval, dans la salle 3446. Elle se tient dans le cadre du séminaire du professeur Thierry Belleguic sur le thème « La fabrique du sentiment au XVIIIe siècle ».

Jean-Luc Guichet est maître de conférences en philosophie habilité à diriger des recherches (MCF-HDR) et directeur de département (dépnt Tronc commun) à l’Université de Picardie Jules Verne, France, ESPE de Beauvais (École supérieure du professorat et de l’éducation), ancien directeur de programme au Collège international de Philosophie (Paris, 2004/2010) et expert auprès de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail). Ses travaux portent sur Rousseau, les différents aspects et auteurs des Lumières, le lien homme-animal-nature de l’âge classique à nos jours et sur des questions contemporaines en anthropologie, éducation et philosophie de l’environnement. Ouvrages : Traité des animaux, Condillac (commentaire de l’œuvre), Ellipses, 2004 ; Rousseau, l’animal et l’homme. L’animalité dans l’horizon anthropologique des Lumières, Cerf, 2006 ; Usages politiques de l’animalité (dir.), L’Harmattan, 2008 ; Douleur animale, douleur humaine. Données scientifiques, perspectives anthropologiques, questions éthiques (dir.), Quae, 2010 ; De l’animal- machine à l’âme des machine. Querelles biomécaniques de l’âme (XVIIe-XXIe siècles) (dir.), Publications de la Sorbonne, 2010 ; Problématiques animale. Théorie de la connaissance, Anthropologie, Éthique et Droit, PUF, 2011 ; La question sexuelle. Interrogations de la sexualité dans l’œuvre et la pensée de Rousseau (dir.), Garnier, 2012. Prochain ouvrage à paraître : Figures du moi et environnement naturel au XVIIIe siècle.

Retour en haut de page