http://cirem16-18.ca/

Recherche

bandeau-cirem

logo-mobile

centreJoseph CharlesTache

UQAR, Centre Joseph-Charles Taché

Le Centre Joseph-Charles Taché est un laboratoire de recherche consacré au patrimoine imprimé et est rattaché à la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire de l’UQAR. Il abrite la collection patrimoniale de livres du Grand Séminaire de Rimouski, constituée de 20 000 volumes. L’origine de cette collection remonte à la bibliothèque de l’Institut littéraire de Rimouski, fondée en 1855.

 

Université Laval

Université Laval, Cercle universitaire d'étude sur la République des Lettres (CIERL)

Fondé en 1999, le CIERL entend favoriser une recherche interdisciplinaire consacrée à la communauté de lettrés et de savants héritière du legs gréco-romain qui, de la Renaissance aux Lumières, a souvent été désignée sous la dénomination de "République des Lettres". Le CIERL continue de superviser les éditions annuelles des colloques Jeunes Chercheurs et dirige les collections de la République des Lettres.

 

grhs

UQAM, Groupe de recherche en histoire des sociabilités (GRHS)

Le Groupe de recherche en histoire des sociabilités étudie l'évolution des formes et des pratiques de la sociabilité depuis les crises sociales, religieuses et politiques de la seconde moitié du XVIe siècle, jusqu'à "l'ère des révolutions" qui se termine avec le Printemps des peuples. Il organise des séminaires hebdomadaires, tient une école d'été internationale et publie comptes rendus et entretiens vidéos.

 

labo histoire moderne

UQTR, Laboratoire sur l’histoire et la pensée modernes (XVIe-XVIIIe siècle)

Le Laboratoire sur l’histoire et la pensée modernes (XVIe-XVIIIe siècles) place le livre, son histoire et sa circulation, mais aussi la réédition des textes, au cœur d’une programmation scientifique qui se structure en fonction de trois grands axes de recherche. Le premier regroupe les travaux portant sur la République des Lettres européenne et la naissance de la rationalité moderne; le second, sur le livre au sein de l’espace-monde de la première modernité; et le troisième, sur le rapport sensible à soi et aux autres, c’est-à-dire à la genèse du sujet moderne à partir de pratiques et d’idées où se réfléchit la dimension affective de l’expérience de soi et de la relation à autrui.

Retour en haut de page